Accueil > Description > Organisation du projet

Partenaires

[| Logo BRGM |]

Organisation du projet

Le programme de travail comprend des tâches relationnelles et des tâches techniques.

Les tâches relationnelles ont trait à la coordination (tâche 1) et à la dissémination et valorisation des résultats (tâche 2).

Les tâches techniques sont groupées selon leur caractère de développement de méthodologies ou de développement d’outils en deux « modules ».

Le module « Méthodologies » consiste à développer les techniques de sécurisation du modèle, qui assureront la pertinence des données tant sur le plan de leur assise technologique pour les flux physiques que sur le plan de la représentation du caractère non linéaire de leur évolution.

Le module « Tests, études de cas » visera à définir les conditions et méthodes de mise en œuvre du modèle. Etant donné le caractère éminemment flexible du modèle, cette partie de la recherche servira à mettre au point des procédures d’adaptation des matrices et données au problème posé. Dans le cadre de deux études de cas présentant respectivement des problématiques orientées « ressources » et « déchets », il s’agira de définir des scénarios, de paramétrer les scénarios dans le modèle et synthétiser les résultats des simulations.

En parallèle et en soutien au projet, un travail de thèse sera réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le BRGM et le LGC (voir description détaillée de la tâche 4).

Organisation du projet ESPEER
Organigramme technique du projet.

La figure ci-dessus représente l’organisation générale du projet. Cette présentation permet d’individualiser les aspects « développement de méthodologies  » et « outils d’analyse  » de l’axe thématique 1 de l’appel à projets.

Les tâches du module « méthodologie » sont :

  • Tâche 3 – Modèles de technologies, qui cherche d’une part à faciliter l’établissement des matrices physiques en intégrant des connaissances technologiques dans les bilans des activités et d’autre part à faciliter les opérations de désagrégation,
  • Tâche 4 – Bilan, dont le but est d’une part de sécuriser le bilan matière global et de réaliser les bilans matière des composants et substances, et d’autre part de mettre au point des procédures d’optimisation multicritères du cycle des matières. La recherche consiste à déterminer une méthode de réconciliation des données capable de prendre en compte la nature des incertitudes qui leurs sont attachées et d’autre part à déterminer les meilleures stratégies de production, commerce, utilisation, de recyclage … minimisant à la fois les impacts environnementaux et maximisant les indicateurs économiques. En parallèle, la thèse explorera comment des techniques comme le SFA (Substance Flow Analysis) peuvent enrichir les TES et comment mettre au point des systèmes d’analyse d’indicateurs combinés « ressources » et « impacts environnementaux » aux fins d’optimisation.
  • Tâche 5 – Coefficients, dont l’enjeu est d’analyser les non-linéarités d’une série temporelle passée (les premières tables Eurostat datent de 1995) pour déconvoluer les phénomènes liés aux innovations technologiques et les phénomènes liés aux conditions économiques, produira une méthode pour préparer la mise en œuvre et le paramétrage des scénarios dans les utilisations du modèle à des fins prospectives.

Les tâches du module « test, études de cas » sont menées en parallèle pour chacune des 2 études de cas. Elles sont :

  • Tâche 6 – Scénarios, qui consiste pour chacun des cas d’étude à définir les objectifs et l’étendue du problème posé, définir le système sur lequel on veut réaliser l’inventaire des contributions environnementales (ressources, émissions, déchets, autres), et définir les variations des paramètres (données d’entrée) pour lesquels on veut constater les résultats,
  • Tâche 7 – Simulations, qui vise à mettre en œuvre les scénarios dans le modèle en préparant pour chaque cas les matrices à un niveau de désagrégation adapté, la série temporelle prospective qui décrit les variations temporelle des paramètres étudiés et les facteurs de caractérisation d’impacts environnementaux adaptés. Cette sous-tâche inclut par ailleurs la réalisation de deux applications web à interface graphique, la rédaction de deux guides d’utilisation à l’attention des utilisateurs potentiels des outils, la réalisation des calculs et l’obtention des résultats des simulations.
  • Tâche 8 – Interprétation, dont l’objet est de rendre les résultats utilisables en préparant des méthodes d’extraction de jeux d’indicateurs économiques et environnementaux à partir des tables, d’identifier les paramètres environnementaux clés des deux systèmes et de les mettre au regard des choix et hypothèses faits dans la définition des scénarios, et enfin de réaliser l’analyse des résultats sur chacun des cas d’étude.

Bien que la tâche « Dissémination – communication » figure en bas de l’organigramme, elle est conçue comme se déroulant toute la durée du projet. En particulier, les livrables des tâches techniques seront autant que possible des publications plutôt que des rapports.

BRGM - 3 avenue Claude-Guillemin - BP 36009 - 45060 Orléans Cédex 2 - France - Tél. : +33(0)2 38 64 34 34
Dernière mise à jour : 13-01-2015